Header_Fado © 2014 renovar a mouraria. Todos os direitos reservados

Parcours: LA MOURARIA DU FADO

Le Fado naît au milieu du XIXe siècle dans les quartiers ouvriers de Lisbonne, et tout spécialement dans la Mouraria, où chanteurs et musiciens s’y rejoignaient, à l’intérieur des “tascas” (petites tavernes typiques) et maisons closes. La Mouraria apparaît alors dans la littérature, les parutions périodiques et les comptes rendus de police de l’époque comme un lieu de bohèmes où, les filles de joie, les voyous et les souteneurs chantaient le Fado. Ces chansonnettes parlaient de saudade (ce sentiment nostalgique si national) et d’amour; mais aussi de révolte, comme dans le Fado ouvrier. Promu au rang de symbole national par le régime dictatorial de l’Estado Novo, le Fado, dénonçant cependant le régime, rendra hommage aux poètes de la liberté. Dans cette même rue où, près d’un siècle auparavant, avait vécu la Severa, Fernando Maurício – roi incontesté du Fado pur châtié – y résida également. La rue João de Outeiro, quant à elle, fut le berceau de la grande Argentina Santos. Mariza, celle qui en 2003 fut considérée comme la meilleure artiste européenne de Musique du monde par la BBC, a vu sa carrière de chanteuse de fado débuter dans les années 80, dans la rue Travessa dos Lagares. Depuis novembre 2011, l’UNESCO reconnaît le Fado comme patrimoine immatériel de l’humanité.

Point de rencontre: ÉGLISE DE SENHORA DA SAÚDE

>> À propos du projet ici
>> Informations et réservations ici